Qu’est-ce que l’efficacité énergétique ?

Dernière mise à jour :

Afin de remédier au problème du réchauffement climatique et de participer à un développement plus durable, l’efficacité énergétique est aujourd’hui recherchée dans tous les domaines qui consomment de l’énergie.

Construction, transports, industrie… Plus ils sont « énergétiquement efficaces » et moins ils polluent.

Mais qu’entend-on précisément par « efficacité énergétique » ? Quels sont les moyens d’améliorer la performance d’un bien ou produit ? Les réponses à suivre.

Qu’est-ce que l’efficacité énergétique ?

L’efficacité énergétique se réfère à une amélioration de l’équilibre entre consommation et dépense. On parle d’efficacité énergétique lorsque la consommation se réduit sans perte de résultat. Le but étant de consommer moins de ressources lors de la phase de production puis pendant l’utilisation, sans réduire les performances des biens / installations.

Si la notion d’efficacité énergétique prend tant d’importance dans nos sociétés actuellement, c’est parce qu’elle s’apparente à un moyen de lutte contre le réchauffement climatique et les bouleversements environnementaux. En effet, plus un bien / service / produit a d’efficacité énergétique et moins il engendre de pollution atmosphérique.

Quels sont les domaines concernés par les économies d’énergie ?

L’efficacité énergétique peut être recherchée dans tous les domaines, dès lors que des installations et des processus nécessitent un approvisionnement en énergie primaire. Néanmoins, certains secteurs sont particulièrement concernés par la nécessité d’optimiser leur consommation d’énergie et de réduire leur impact climatique.

L’efficacité énergétique, une priorité dans l’immobilier

En France, on estime que le secteur du bâtiment est hautement énergivore. Il représente plus de la moitié de la consommation nationale et participe aux émissions de CO2 du pays à hauteur de 20 % environ.

L’efficacité énergétique dans le bâtiment est donc une priorité si l’on veut réduire le volume de gaz à effet de serre produit à l’échelle du pays. Désormais, cette efficacité est mesurée obligatoirement avant toute vente ou location de bien par le biais du DPE. Un autre diagnostic immobilier, l’audit énergétique, permet également d’évaluer l’efficacité énergétique des biens immobiliers et de trouver des solutions d’amélioration en cas de mauvaise performance. Par exemple, le recours aux énergies renouvelables et les travaux d’isolation sont de bons moyens de gagner en efficacité énergétique dans un logement ou une entreprise.

Les normes de construction à l’image de la RT 2012 et de la RE 2020incitent fortement à concevoir des bâtiments neufs faiblement énergivores. Ces réglementations imposent notamment que des études thermiques soient réalisées lors de la conception de nouveaux immeubles et que des seuils précis soient respectés en matière de consommation d’énergie.

La transition énergétique en marche dans le secteur du transport

En France, tous les transports confondus représentent plus de 25 % des émissions de CO2. À elle seule, la voiture produit environ 15 % de gaz à effet de serre. Pour une meilleure efficacité énergétique à échelle globale, il importe donc d’améliorer l’accès aux transports publics et de favoriser la mobilité douce, à pied, à vélo ou en véhicule électrique.

D’ailleurs, l’électrique est un élément important de la transition énergétique dans l’automobile. Les constructeurs sont de plus en plus nombreux à proposer des gammes de voitures électriques toujours plus larges, l’électrique offrant un meilleur rendement énergétique que les carburants traditionnels à base de pétrole et émettant moins de CO2 dans l’air par kilomètre parcouru.

Dans l’industrie aussi, on améliorer les performances environnementales

Industries textile, agro-alimentaire, etc. Elles représentent, là encore, près de 20 % du CO2 produit à échelle nationale. Diverses solutions sont envisagées pour améliorer le rendement énergétique des activités liées à la production de biens et de denrées et pour diminuer l’impact climatique des processus de fabrication.

Une mode éco-responsable commence ainsi à voir le jour. Les instigateurs de ce mouvement recherchent des matières peu polluantes (matières naturelles et locales issues de cultures sans pesticides, matières recyclées…). Le recours aux machines, le transport des produits et le gaspillage doivent également être limités pour réduire les dépenses énergétiques.

Dans l’agriculture et l’agro-alimentaire, la démocratisation de l’agriculture biologique, le développement de la permaculture et la consommation locale sont des facteurs qui améliorent l’efficacité énergétique du secteur.

Quelles sont les solutions pour gagner en efficacité énergétique ?

Concrètement, l’Union européenne attribue déjà des obligations aux pays membres pour les inciter à améliorer leur efficacité énergétique. Les nouveaux bâtiments doivent dorénavant être conçus suivant des normes environnementales très précises. Des critères généraux d’éco-conception sont instaurés pour certains appareils électriques et électro-ménagers. Des étiquetages informant sur la consommation d’énergie sont imposés lors de la vente de certains produits neufs, comme les réfrigérateurs ou les téléviseurs.

D’autres mesures peuvent être adoptées, à échelle individuelle ou collective, pour gagner en efficacité énergétique.

Oublier les énergies fossiles au profit de solutions plus durables

Pour profiter de certaines ressources comme le pétrole ou le gaz, il faut dépenser beaucoup d’énergie. Entre l’exploitation des matières premières, leur transformation et leur transport, la dépense énergétique est même supérieure à l’énergie procurée par ces ressources par la suite. L’efficacité énergétique est donc très faible avec les énergies fossiles.

Pour un meilleur rendement, il convient d’abandonner le recours à ces ressources qui, en plus d’être polluantes, sont limitées. À la place, on privilégiera des ressources moins énergivores, plus propres, plus vertes. L’énergie solaire, le biométhane et l’éolien sont autant de solutions pour gagner en efficacité énergétique dans le bâtiment et l’industrie. Comme évoqué ci-dessus, dans l’automobile, l’électrique permet d’améliorer l’efficacité énergétique du transport.

S’attarder sur la conception

Dès la phase de conception, on peut prévoir quelle sera l’efficacité énergétique d’un bien / produit. Cette efficacité dépend des matières premières, des chaînes de production, des cycles de vie des objets.

Pour concevoir des vêtements, meubles et objets à faible impact environnemental, on privilégiera les matières premières renouvelables, recyclées ou éco-gérées et les cycles de production courts.

Dans l’immobilier, une meilleure efficacité énergétique est possible en optant pour des installations de chauffage et de refroidissement performants et écologiques, en s’assurant de la qualité de l’isolation, en choisissant une orientation stratégique…

Rationaliser les cycles de production

Pour un équilibre au plus juste entre consommation et dépense, les industriels doivent rationnaliser leur production, en particulier quand elle nécessite de l’énergie primaire. Autrement dit, les volumes doivent être produits en juste quantité par rapport à l’usage final si l’on veut gagner en efficacité énergétique. Une surproduction entraîne une trop grande mobilisation de ressources et de moyens en début de cycle. Sans compter l’énergie nécessaire à l’élimination des déchets.

En ajustant sa production à la demande réelle et en concevant des biens / produits de qualité, avec des matières premières durables (écologiques, recyclées, recyclables…), on réduit grandement l’impact environnemental des activités liées à la fabrication.

Bon à savoir

Si la notion d’efficacité énergétique revient souvent sur le devant de la scène, on entend également parler de sobriété énergétique. Attention, les deux ne se valent pas. L’efficacité énergétique décrit une recherche de réduction de la consommation d’énergie. La sobriété énergétique se réfère, quant à elle, à une neutralité carbone totale. Pour résumer, l’efficacité énergétique est un pas vers la sobriété.

Laisser un commentaire