Upcycling (ou Surcyclage) : Définition et Exemples Concrets

Dernière mise à jour :

Le recyclage, on connaît tous. C’est le processus de transformation d’un déchet, qui permet de le réintroduire ensuite dans une chaîne de production.

Grâce au recyclage, on incinère moins de détritus et on génère donc moins de CO2 dans l’atmosphère.

Un nouveau concept responsable, éthique et écologique en lien avec le recyclage a fait son apparition il y a quelque temps : l’upcycling (ou surcyclage en français).

Qu’est-ce que c’est ? En quoi cela consiste ? Quels sont les avantages de l’upcycling ? Pour le savoir, lisez notre article sur cette nouvelle façon intelligente de recycler nos déchets et de protéger l’environnement.

En quoi consiste l’upcycling ? La définition.

Si la tendance de l’upcycling est plutôt nouvelle en France, la notion existe en réalité depuis les années 1990. Elle vient d’un architecte allemand, Reiner Pilz.

Celui-ci posait un regard critique sur le recyclage, qu’il considérait comme destructeur et aucunement source de plus-value. Il lui préférait l’upcycling, pour apporter une valeur supplémentaire à des produits inutilisés.

L’upcycling, qu’est-ce que c’est exactement ? Notre définition.

Suivant la traduction littérale, le terme anglo-saxon upcycling signifie « recyclage ». Mais dans les faits, l’upcycling ne consiste pas en un simple recyclage.

Pour être plus précis, il faut parler de « surcyclage ». Il s’agit d’un procédé de récupération d’où résultent des objets plus qualitatifs que les matières premières.

La réutilisation est au cœur de l’upcycling, qui possède de multiples avantages.

Les avantages de procéder au surcyclage des objets inutilisés et déchets à jeter

Parce qu’il consiste en un réemploi de produits et matériaux qui sont déjà disponibles, l’upcycling favorise l’économie circulaire. Cette technique aide à réduire sa production de déchets – ceux-ci étant réutilisés – et limite, dans le même temps, le recours à des ressources épuisables.

Avec l’upcycling, l’empreinte carbone qui est engendrée par des activités humaines comme la production ou le transport de matières est considérablement réduite. On utilise beaucoup moins d’énergie fossile.

Créer à partir de l’existant permet en effet d’offrir une seconde vie à des objets devenus désuets ou inutiles, sans lancer de cycle de production.

En plus d’engendrer un faible volume de déchets et d’opérer contre la hausse mondiale des températures, l’upcycling est un bon moyen de faire des économies quand on conçoit des produits que l’on commercialise.

Les frais de production et de logistique sont en effet réduits par cette pratique. C’est également une méthode efficace pour réaliser de beaux bénéfices, car les objets upcyclés valent davantage que la matière première, qui est souvent récupérée gratuitement ou à moindre coût.

Enfin, utiliser ce procédé, c’est à dire surcycler, peut avoir un impact marketing. En effet, les consommateurs sont de plus en plus engagés et font confiance aux marques qui répondent aux enjeux écologiques et environnementaux.

En quoi l’upcycling se distingue-t-il du recyclage traditionnel ?

Le recyclage est un procédé qui consiste à transformer un déchet en un produit susceptible d’être réintégré dans un cycle de production.

Le produit d’origine et le produit recyclé ont une valeur quasiment similaire.

Grâce au recyclage, on peut fabriquer des bouteilles en plastique neuves à partir de bouteilles usagées, on peut faire des cartons neufs avec de vieilles boîtes, et des feuilles blanches et propres à partir de morceaux de papier chiffonnés.

Le surcyclage consiste, quant à lui, en une valorisation des déchets. Là aussi, un processus de transformation s’opère.

Toutefois, l’objet obtenu au final est censé être mieux que le produit ou matériau de base. Pour être dit « surcyclé », un article doit en effet être de meilleure qualité, plus utile, plus beau, plus durable et/ou plus innovant que l’objet duquel on est parti pour créer.

L’upcycling, c’est recycler en apportant une valeur en plus, quand le recyclage consiste en une transformation simple. En outre, la plupart du temps, l’objet surcyclé est très différent du matériau d’origine, alors qu’un produit recyclé demeure similaire à l’élément de base.

Comment faire de l’upcycling ? Quelques exemples concrets

Actuellement, l’upcycling est une technique de recyclage particulièrement plébiscitée par les professionnels de la mode et de l’ameublement.

En mode, l’upcycling fait partie des solutions contre les effets de la fast-fashion. La pratique revêt de multiples formes.

De jeunes créateurs récupèrent des chutes de tissus pour créer des vêtements tendances et durables.

Certains récupèrent des pneus pour faire des baskets ecofriendly, d’autres utilisent des filets de pêche pour concevoir des maillots de bain, des chambres à air pour fabriquer des sacs ou des boutons pour imaginer des bijoux.

À chaque fois, l’upcycling donne naissance à des habits et accessoires éco-responsables, des pièces uniques (et parfois vintage), disponibles en quantité limitée.

L’ameublement est un autre secteur où l’upcycling s’illustre de plus en plus. Avec de vieilles palettes surcyclées, on conçoit des lits, chaises et tables résistants et éco-responsables.

Avec de banales planches abîmées et inutilisées, on peut fabriquer une superbe bibliothèque, un mobilier en bois ou des étagères. Des pneus peuvent se métamorphoser en jardinières. Gobelets et bouteilles en plastique peuvent, eux aussi, accueillir des plantations ou servir de pots à crayons.

Des emballages ou des morceaux de tissu peuvent être encadrés et mis sous verre pour apporter une touche déco originale à un intérieur. Des raquettes de tennis peuvent être détournées en miroir.

Toutes ces extraordinaires transformations permettent de réduire les déchets qu’engendre la fabrication de meubles, cette activité jouant un rôle important dans la pollution mondiale.

Chaque année en effet, ce sont plusieurs millions de tonnes de meubles et accessoires déco que l’on jette, notamment aux États-Unis et en Europe, où la fast-furniture nous pousse à changer régulièrement l’aménagement de notre intérieur.

Enfin, on voit de plus en plus apparaitre le surcyclage dans l’art. Des artistes utilisent en effet des déchets pour produire des œuvres et upcycler des matériaux.

L’upcycling, une pratique que l’on retrouve uniquement en déco et en mode ?

À première vue, l’upcycling concerne surtout les meubles, les objets pour la maison, les vêtements et accessoires de mode.

Mais si l’on y réfléchit bien, le surcyclage peut englober davantage de choses. Au quotidien, on peut tous faire de l’upcycling.

Par exemple, au lieu de jeter ses déchets alimentaires et d’alourdir un peu plus sa poubelle, on peut les utiliser pour concocter de délicieux bouillons.

On peut récupérer des épluchures, a priori inutiles, pour faire des chips maison. On peut aussi récupérer ses restes alimentaires de la veille, pour mitonner un savoureux gratin.

Pratiques plus qu’esthétiques, de vieilles boîtes et des bocaux vides peuvent contenir des denrées, faire office de vide-poches ou encore de tirelire. Pour en faire des objets déco à exposer dans la cuisine, le salon ou la chambre, on n’hésite pas à les customiser

Laisser un commentaire